Le travail de l'apiculteur en

Août

Le mois d’août est un mois creux sur le plan des ressources pour l’abeille. Les floraisons abondantes sont terminées dans la plupart des régions.
Une situation contrastée s’est installée en cette fin juillet avec des épisodes pluvieux sur une partie de la France et la canicule sur une autre. Les fleurs devraient réapparaitre dans les champs et les jardins sur une partie du territoire. Pour l’apiculteur c’est presque la basse saison.

Dans la ruche en août, la population a commencé à décroître et la récolte a privé la ruche d’une part importante de ses réserves. Moins de ressources, c’est un changement d’organisation dans la ruche. Les mâles vont être expulsés.
Pour les apiculteurs ayant procédé à un nourrissement massif en juillet, les réserves ont commencé à croitre de nouveau ainsi que la surface de couvain. Pour un bon hivernage, il est important que des abeilles jeunes soient en nombre important d’ici la fin de l’été.

Ayant récolté au plus tard à la mi-Août, l’apiculteur doit maintenant préparer la ruche à l’hivernage. Deux mesures sont à prendre dans ce sens :
    • Traiter contre le varroa : l’apiculteur procède au traitement anti-varroa pour réduire le taux de varroa dans la ruche à un niveau tel qu’il devient supportable sachant qu’il ne serait pas possible de l’éradiquer totalement.
    • Renforcer les réserves : pour renforcer les réserves, l’apiculteur procède au nourrissement en utilisant un sirop à forte concentration en sucre. Les abeilles transforment le sirop en miel puis opercule et reconstituent les réserves dont elles auront besoin pour passer l’hiver.

Une fois la récolte effectuée, l’apiculteur commencera à nettoyer ses hausses vides, les accessoires et outils (pour éviter la contamination si la colonie est malade).

Les floraisons d’août
L’été est maintenant bien installé et les ressources en nectar et en pollen s’amenuisent. Toutefois de nouvelles floraisons apparaissent selon les régions.
Du côté des arbres, 3 belles essences se démarquent au mois d’août le Sophora du Japon (Sophora japonica), un des arbres les plus mellifères, l’albizzia (Albizia julibrissin) et le célèbre arbre à miel (Tetradum danielli).
L’arbre à poivre également appelé Gatillier (Vitex agnus-castus), est une plante buissonnante à la très belle floraison bleue.
Dans les jardins on citera également la présence remarquée de Ficoïde (Delosperma cooperi) ou de Lippia (Lippia nodiflorum), petite plante traçante formant de beaux tapis verdoyant et qui fleurit de juillet à septembre. Les bruyères et la menthe.

Bon à savoir :
Conserver ses cadres : La récolte est terminée. Les cadres de hausse ont été léchés par les colonies, plus une trace de miel n’est constatée. Il est alors impératif de bien les entreposer pour conserver le précieux travail des cirières.
Après les avoir triés pour mettre de côté les cires trop foncées, les rayons remplis de pollen, les cadres en bon état doivent être entreposés dans des conditions optimales pour les protéger des rongeurs et de la fausse teigne.
Pour ce faire l’apiculteur dispose de différentes solutions :
Stockage des cadres dans un lieu ventilé : Après avoir retiré toutes traces de cire et de propolis, sur les cadres et les hausses, empilez vos hausses dans un lieu ouvert à l’abri de la pluie. Veillez à installer en haut et en bas de la pile une tôle perforée ou à défaut une grille à reine afin de garder un puit de lumière et d’éviter l’intrusion des rongeurs. Surveillez régulièrement vos piles.
Vous stockez vos cadres dans un lieu fermé : L’utilisation des mèches de souffre est alors indispensable pour éviter le développement de la fausse teigne. Ce traitement ne tue pas les oeufs, il faut donc le renouveler 14 jours plus tard.

RSS - Articles RSS - Commentaires