Le travail de l'apiculteur en

Avril

Alors qu’une grande partie de l’humanité est à l’arrêt, confinée pour cause de pandémie Covid-19, les apiculteurs s’affairent pour que la saison apicole se passe au mieux.

Nous vous rappelons que nous sommes autorisés à nous déplacer pour réaliser nos activités sur nos ruchers.
Vous pouvez retrouver l’instruction technique ainsi que l’attestation dérogatoire de déplacement sur le site FACM-GDSA17.

Comme en 2019, nous vivons cette année, un début de printemps capricieux, une douceur qui laisse la place à des jours bien plus frais. La neige a refait son apparition sur les massifs la semaine dernière. Le printemps teste les capacités de l’apiculteur à réagir et à s’adapter.
Les visites de printemps battent leur plein et l’apiculteur stimule les colonies par un nourrissement léger.

L’apiculteur réalise sa visite de printemps
Les floraisons et le réchauffement tirent l’abeille hors de la ruche. Les allers-retours s’accentuent. La reine s’est mise à pondre abondamment, le couvain se développe rapidement occupant les cadres centraux de la ruche. Bref tout le monde s’active !
La visite de printemps s'effectue lorsque la température est supérieure à 15°C. Cela est variable en fonction des températures et du niveau de fleurissement de l’environnement.
Au cours de la visite l'on recherche les points suivants : état sanitaire, provision, présence de la reine, quantité et qualité du couvain, force de la colonie.
Vous en profiterez pour remplacer au moins deux cadres sur dix et agrandir le nid à couvain en périphérie. Les cadres les plus vieux se trouvent sur les extérieurs de la ruche, les plus récents au centre. Pour ajouter un cadre avec de la cire gaufrée, enlevez un cadre du bord extérieur puis faites glisser les autres cadres vers le bord extérieur. Ensuite, insérez un cadre ciré contre le couvain.
De l’observation vous tirerez les enseignements qui conviennent pour la gestion de chaque ruche au cours des mois à venir. Avril est un mois actif pour l’apiculteur.
Deux à trois semaines après vous effectuerez une nouvelle visite et vous placerez les cadres neufs au milieu de la ruche.
Une large palette d’opérations est possible au cours du mois : faire construire des cadres cirés, diviser une ruche en deux, récupérer des cadres de couvain et de réserve pour les nouveaux essaims, récupérer des essaims naturels, éventuellement mettre des hausses et faire une première récolte (colza).

Au rucher :
CONTRÔLER LA FIÈVRE D’ESSAIMAGE :
Lorsque les populations sont très fortes, jusqu’à 8 cadres de couvain, sur le colza par exemple (fin avril), le risque d’essaimage est majeur. Un coup de froid bloque la ponte de la reine et les conditions sont rapidement réunies.
Chaque jour de chaleur, entre midi et 14 h, surveillez l’animation devant vos ruches. Les essaims sortent toujours en milieu de journée. S’il y a plusieurs jours de pluie et de froid, il est fréquent de voir les essaims sortir le premier jour ensoleillé qui suit. Eventuellement, placez dans votre rucher une ruche ou ruchette piège. Pour cela, choisissez une vieille ruche ou une ruche neuve passée au chalumeau. Vous pouvez y ajouter de la pommade attire-essaim. Mettez dans la ruche quelques vieux cadres de cire noire sur les côtés et quelques cadres neufs au milieu. Orientez la ruche vers l’est.

STIMULER LES COLONIES
C'est également le moment de nourrir les ruches qui en ont besoins pour stimuler l'activité des colonies et la ponte de la reine. L'élevage de plus en plus intense va nécessiter d'abondantes provisions, et, si le mauvais temps retient les butineuses à la ruche, les nombreuses larves à nourrir auront vite fait d'épuiser les provisions restantes, mettant ainsi en péril la colonie.
Les entrées de ruche métalliques ou plastiques seront enlevées pour faciliter les allées et venues des butineuses. Les abeilles ont besoin d'eau, s'il n'y en a pas à proximité de votre rucher, veillez à ce qu’un abreuvoir soit toujours rempli. Comme souvent en apiculture, la météo joue un grand rôle dans le développement printanier. Si elle est favorable, visitez vos colonies chaque semaine pour déterminer le moment favorable à la pose de la hausse. Lorsque tous les cadres sont bâtis, il est temps de poser la hausse en plaçant une grille à reine entre le corps et la hausse. Si cela est fait trop tard, le manque de place peut déclencher un essaimage. Mais attention de ne pas le faire trop tôt : si le froid revient, l’agrandissement du volume à chauffer freinera la colonie dans son développement.

RSS - Articles RSS - Commentaires