Le travail de l'apiculteur en

Septembre

Après les fortes chaleurs de l’été, le début du mois de septembre marque une période de transition. La chaleur semble perdurer, la pluie se fait attendre et certaines régions ont été fortement impactées par la sécheresse. Dès maintenant, la récolte se termine ; il a pu y avoir quelques miellées tardives comme le sapin ou la bruyère. Le miel de l’année est en train d’être mis en pot, c’est la fin d’une saison mais aussi le début de la suivante.
L’objectif va être maintenant de passer l’hiver pour bien démarrer au printemps prochain.
Le nectar et les pollens de septembre servent à fabriquer les abeilles d’hiver.
Les abeilles butinent les asters, le lierre, les arbousiers, les luzernes, le sapin (miellat recherché mais toxique pour les abeilles).
Les abeilles trouvent encore à butiner sur les bruyères lorsque le temps est favorable à la montée du nectar dans ces fleurs.
Dans la ruche, le déclin démographique continue en raison des jours plus courts et des ressources moindres. Même si les abeilles de nos régions vivent plus longtemps l’hiver, il ne faut pas oublier de nourrir les colonies massivement afin qu’elles constituent leurs réserves.

Au rucher...
- Faire la visite générale d'automne, réduire le nombre de cadres en retirant les vide ou insuffisamment plein. Une partition limitera l’espace de vie des abeilles.
- Poursuivre le traitement anti-varroa, la population est forte en fin de saison apicole.
- Nourrir au sirop de nourrissement pour faire des réserves et préparer les abeilles d'hiver
(Jusqu’au milieu du mois on peut, par nourrisseur complet et en continu, donner du sirop concentré (2 kg de sucre, 1l d’eau) pour peaufiner les réserves d’hiver. Après le 15 septembre donner seulement un peu de sirop léger (50/50 au plus), afin de relancer la ponte de la reine et peupler la colonie de beaucoup de jeunes abeilles. Mais fin du mois, il est impératif d’arrêter tout nourrissement, pour laisser sans activité les abeilles nouvellement nées, de manière à ce que leur suralimentation en pollen les enrichissent en corps gras. Cela permettra d’assurer de bonnes capacités nourricières au redémarrage de la ponte de la reine (janvier/février).
- Réunir les ruches faibles et resserrer les colonies
- Rétrécir les entrées pour éviter le pillage
- Noter les détails des traitements et nourrissement dans le registre d'élevage.

RSS - Articles RSS - Commentaires